Notre guide complet sur les études de médecine !

Les carrières de médecin sont souvent citées comme étant des plus prestigieuses. On peut dire que c’est à juste titre : après être venus à bout de (très) longues et difficiles études, les médecins ont sous leur responsabilité de nombreuses vies humaines qu’ils ont fait le serment de protéger dans la mesure du possible. On va donc s’attarder ensemble sur tout ce que tu as besoin de savoir avant de t’engager dans des études de médecine : Comment devenir attaché de presse, et quelles études faire pour avoir la meilleure formation possible ?

« Pour la nouvelle génération. Par la nouvelle génération ! »


médecins-études

Quelles sont les caractéristiques globales du métier de médecin ?

D’abord, d’une manière générale, le médecin soigne mais fait aussi de la prévention. Au cours des consultations, les médecins (qu’ils soient généralistes ou spécialistes) examinent leurs patients et entretiennent un dialogue avec eux. Ils sont chargés de détecter un éventuel problème de santé et de mettre en place un protocole de traitement adapté le cas échéant. Établir un diagnostic précis et complet relève d’un vrai travail d’enquête qui ne laisse pas droit à l’erreur. En effet, le médecin détermine la maladie ou le trouble du patient en fonction des symptômes qu’il observe ou qui lui sont décrits, des antécédents familiaux, des examens annexes qui lui sont fournis comme des radios ou des prises de sang…

                                                                                                                                             

Le médecin n’est pas seulement une machine à examiner et à prescrire des médicaments : il est humain, empathique et prend soin de s’enquérir régulièrement de la santé mentale de ses patients. Il est ouvert à la discussion, même des plus privées et intimes, fournit des conseils adaptés à chacun,  et peut même rediriger son patient vers un autre praticien plus qualifié (psychologue par exemple).  

C’est donc un métier qui requiert de présenter plusieurs cordes à son arc : la rigueur, l’attention, la disponibilité (avec des horaires parfois à rallonge ++), l’empathie, l’écoute… Le médecin a le sens du contact et doit mettre en confiance ses patients.      

De nombreux médecins font preuve d’une grande dévotion à leurs patients qui peuvent les pousser à ne pas compter leurs heures. Ils peuvent ainsi commencer très tôt et finir très tard, sans parler des gardes à l’hôpital (obligatoires pour les médecins salariés, les médecins libéraux de garde sont des volontaires) qui ont la nuit et/ou les week-end. Des exigences qui requièrent une condition physique et mentale solide.

oscultation-médecin

Quelles sont les études à faire pour devenir médecin ?

Les études de médecine font partie des études les plus longues. Tu t’engages donc sur du long terme et tu ne pourras pas prétendre accéder à ce métier via un autre parcours plus court. Si les études de médecine t’intéressent, tu n’es pas sans savoir que les modalités d’accès à ces études ont été réformées à la rentrée 2020-2021. Exit la PACES (Première Année Commune aux Etudes de Santé), aussi qualifiée comme année de l’enfer par les étudiants dont 80% se voyaient recalés au concours d’entrée en deuxième année (P2). Voyons donc le parcours d’un futur médecin made in 2020 (on s’accroche, il faut suivre un peu) :

1er cycle : l’accès en deuxième année

Depuis la réforme, les bachelier.e.s peuvent envisager deux voies pour tenter d’accéder à la P2 :

  • Voie PASS (Parcours d’Accès Spécifique Santé) : cette formation est disponible sur Parcoursup et est dispensée par les facultés de sciences. Elle représente 60% des places offertes en P2 au niveau national.                                                        Il s’agit d’une licence construite autour d’un système majeur-mineur : un programme d’enseignement majeur en santé, similaire à celui de l’ancienne PACES, et un programme d’enseignement mineur de ton choix (biologie, droit, physique, histoire…). Si tu parviens à valider ton année PASS, tu pourras te présenter aux premières phases de sélection (différentes selon les facultés) pour la deuxième année. Si tu réussis ces premières sélections, tu passeras un oral d’admission. Si tu échoues à l’une ou à l’autre de ces étapes d’admission, tu ne seras pas autorisé.e à redoubler : tu auras la possibilité de passer en deuxième année de L.AS.

  • Voie L.AS (Licence Accès Santé) : cette formation est également disponible sur Parcoursup. Elle complète le nombre des places offertes en P2. Il s’agit en fait d’une formation beaucoup plus généraliste que le PASS, dans l’optique de diversifier les profils des futurs étudiants en médecine. Les trois-quarts des enseignements de cette licence seront consacrés à un domaine que tu auras choisi. Si tu t’es réorienté à l’issue d’un échec en PASS, tu choisiras logiquement le domaine de ton enseignement mineur de PASS (droit ou physique par exemple). L’autre quart de la licence est occupé par une mineure « santé » avec de la biologie, de l’anatomie, de la pharmacologie etc. A la fin de l’année, le processus d’accès en P2 reste le même que celui de PASS : sous réserve d’avoir validé ton année, tu pourras te présenter aux épreuves d’admissibilité puis à l’oral si tu es admissible.


2ème cycle : la deuxième année (puis la troisième, elles sont très liées)

D’abord félicitations d’être arrivé.e jusqu’ici parce que c’est déjà un beau gage de travail et de motivation. Mais tu n’es qu’au début du chemin. La deuxième année de médecine constitue en réalité ta première immersion dans les études de médecine. Tu auras des matières beaucoup plus concrètes que celles de première année comme la sémiologie, l’anatomie ou la physiologie (la vraie médecine quoi). Tu vivras aussi ton premier stage à l’hôpital d’une durée de quatre semaines. Les soignants t’initieront aux soins infirmiers de base qui te seront indispensables en tant que médecin. Des partiels ponctuent chaque semestre et conditionnent ton passage à l’année suivante, il est donc important de ne pas relâcher les efforts. La troisième année n’est pas bien différente de la deuxième mais à noter que les stages se multiplient, s’intensifient et que les matières se complexifient.

3ème cycle : l’externat (quatrième, cinquième et sixième année)

L’externat, c’est cette étape du cursus où tu es encore étudiant.e mais déjà un peu intégré.e à la vie active. C’est la découverte de la réalité du milieu médical puisque tu divises tes journées entre tes stages à l’hôpital et tes cours à l’université. Tu es payé.e à partir de la quatrième année (ne rêve pas trop, ça ne dépasse pas 300€ par mois).      

Je t’avais dit que tu n’étais pas au bout de tes peines ? Ce cycle aboutit aux ECN (Épreuves Classantes Nationales, qui n’existeront peut-être plus lorsque tu y seras mais pour le moment elles sont bien là). Ce concours très sélectif détermine la discipline que tu exerceras en tant que médecin : médecine générale, médecine de spécialité, chirurgie, biologie médicale… Meilleur sera ton classement, plus de chances tu auras de choisir ton domaine d’exercice mais aussi ta ville d’affectation. Attention, chaque domaine offre un nombre limité de places. Le bas du classement sera par défaut affecté aux domaines et aux régions où les places sont restées vacantes… Une réalité difficile pour les étudiants dont certains choisissent même de se réorienter, déçus par leur classement.            

4ème cycle : l’internat (septième, huitième et neuvième année)            

L’internat dure 3 à 5 ans selon la spécialité choisie. Ce sont des années rythmées principalement par des stages en milieu hospitalier mais aussi en cabinet médical pour les futurs généralistes. Ces stages occupent la majeure partie de l’année qui est aussi ponctuée par des enseignements théoriques à l’université. Les internes occupent un statut particulier : ils ne sont plus étudiants, ce sont des médecins mais pas encore docteurs en médecine. Ce titre s'acquiert à l’issue de la rédaction d’une thèse, soutenue en fin de parcours. La validation des stages, des enseignements théoriques et la soutenance de la thèse confèrent à l’interne le DE (Diplôme d’Etat) de docteur en médecine, assorti au DES (Diplôme d’Etudes Spécialisées) correspondant à la discipline suivie (générale ou spécialité).

médecin-travaillent-études

Le salaire du médecin :

Le salaire très attractif des médecins fait saliver beaucoup d’étudiants. Il est vrai qu’il est bien plus haut que la moyenne nationale, à hauteur de leurs responsabilités et de la charge de travail. En France, un médecin généraliste gagne environ 6000 à 8000€ par mois. Les médecins spécialistes gagnent un peu plus avec une moyenne tournant autour de 10 000€. Mais on ne s’affole pas trop vite non plus : la plupart des médecins généralistes ou spécialistes exercent en libéral. Les charges et impôts imposés aux professions libérales représentent 60% de leurs revenus. La somme restante leur assure tout de même un niveau de vie très confortable.

Notre chaîne Youtube,
pour t'aider à t'orienter en vidéo

Auteur :

Norane Chiali

Présentation : Étudiante en licence de langues étrangères appliquées à la Sorbonne Paris IV; incollable sur Rimbaud, Tarantino et Jul, je débloque pour toi un nouveau skill : décoder tous les mystères du supérieur

Bilan d'orientation gratuit

Discute avec notre équipe de jeunes diplômés !
Ils viennent de toutes les filières imaginables.
Ils étaient dans ton cas il y a quelques années.
Le + ? Ca se passe directement en DM via Instagram 🙂
Échanger avec notre équipe