Être sapeur-pompier de Paris : notre fiche métier !

“ Sauver ou périr ! ” : cette devise te parle ? C’est sûr que tu l’as déjà entendue quelque part, tu ne te rappelles pas ? Fais un petit effort ! Tu entends retentir la sirène ? Et oui, tu chauffes, MyOrientation vole à ton secours aujourd’hui et te révèle tout sur le métier de pompier de Paris ! Entre les études, les formations et quelles qualités tu dois avoir, tout est dans cette fiche rédigée par MyOrientation !

« Pour la nouvelle génération. Par la nouvelle génération ! »




En quoi consiste être sapeur-pompier ? 


En devenant sapeur-pompier de Paris, tu t’engages à assurer un large panel de missions, en voici une liste non exhaustive : 


  • En premier, le plus évident, le secours à la personne qui représente 81% de l’activité des sapeurs-pompiers de Paris. Le secours à la personne englobe le secours routier, les interventions pour secours aux victimes (SAV) et l’assistance aux personnes en danger. 


  • En deuxième position, on retrouve l’extinction d’incendies, qui correspond à seulement 2.8% de l’activité de la BSPP (brigade des sapeurs-pompiers de Paris), il s’agit pourtant de leur mission phare, mission pour laquelle ce corps d’intervenants à été créé.


  • Tu interviendras à hauteur de 4.5% sur divers types d’accidents (de la route ou domestique par exemple).


  • En ce qui concerne la protection des personnes, cela représentera 3% de tes interventions.


  • Tu auras aussi des explorations longues durées au cours desquelles tu évolueras équipé de ton matériel (valise éclairage BABY, ligne de vie luminescente pour le balisage, exploration ARICO grande capacité), ainsi que des véhicules GELD, si nécessaire. 


  • Sécuriser des zones dangereuses.


  • Enfin, tu seras aussi sollicité sur différents types de situations (4.5%) plus ou moins exceptionnelles comme par exemple le sauvetage d’un animal.

Sans grande surprise, tu exerceras à Paris mais pas uniquement. En effet, tu seras aussi appelé à intervenir dans les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis, et du Val-de-Marne. 


  • Ce qui correspond à une superficie de 760 km2 d’action, qui compte 124 communes et 7 millions d’habitants auxquels s’additionne 2 millions de franciliens et 50 millions de touristes venus visiter Paris. Ca en fait du monde à protéger et à secourir !  


  • Tu exerceras sur divers types de terrains, qu’il s’agisse de milieux urbains ou naturels. Il y a les IMP (intervention en milieux périlleux) qui mettent à profit certains savoir-faire propres au milieu urbain comme les translations, le secours en paroi, les manœuvres hélitreuillées et les secours en puits. Tu auras aussi des missions de recherches et sauvetage en milieu urbain (RSMU), tu seras au plus près des édifices en ruine ou menaçant de s’effondrer. 


  • Dans des usines ou des environnements qui peuvent subir des risques NRBC (nucléaire, radiologique, biologique et chimique).


  • Tu t’en doutes sûrement, tu seras susceptible d’intervenir dans le milieu nautique, les SIA et SIS, les spécialistes en intervention aquatique et subaquatique.


Tu l’as donc compris, ce qui fait la particularité du métier de sapeur-pompier de Paris, c’est sa très grande polyvalence. Cela concerne aussi bien les lieux dans lesquels il intervient, ainsi que les équipes spécialisées avec leurs matériels qui s'adaptent à toutes les situations. Et oui, il y a des sections et équipes adaptées à chaque milieu d’intervention. 


D’ailleurs, savais-tu que les sapeurs-pompiers de Paris sont considérés comme des militaires et sont de ce fait rattachés au Ministère de la Défense (dans l’armée de Terre) ? 

Et oui, les premiers pompiers officiaient dans l’armée ! Enfin plus exactement, ils formaient un corps militaire et ils en ont gardé les traces jusqu’à présent.

En effet, l’évolution au sein de la profession se fait en fonction des grades, système calqué sur celui des militaires. 


Quelles sont les qualités nécessaires ? 


  • Pour t’expliquer tout cela, un petit poème du Général Robert Casso (1963-1970) : 


“Je ne veux connaître ni ta philosophie,

ni ta religion, ni ta tendance politique,

peu m’importe que tu sois jeune ou vieux,

riche ou pauvre, français ou étranger.


Si je me permets de te demander quelle est ta peine, 

ce n’est pas par indiscrétion mais bien pour mieux t’aider.


Quand tu m'appelles, j’accours,

mais assure-toi de m’avoir alerté

par les voies les plus rapides et les plus sûres.


Les minutes d’attente te paraîtront longues,

très longues, dans ta détresse

pardonne mon apparente lenteur.”


Ce court poème rend compte de l’état d’esprit dont tu seras amené à faire preuve, “sauver ou périr” pour n’importe quelle personne en danger, sans la discriminer. Mais ce n’est pas tout :

  • L’empathie sera aussi ton alliée, comme dans l’ensemble des métiers auxquels tu es confronté à d’autres êtres humains.


  • Et pour finir, le petit code d’honneur du sapeur-pompier de Paris élaboré par le Général Richard Lefèvre (23/04/2001) : 


“Ayant accepté de servir avec honneur et loyauté à la brigade de sapeurs-pompiers de Paris :

  1. j’accomplis la mission reçue jusqu’au bout ;
  2. je respecte mes chefs, mes subordonnés, mes camarades ;
  3. je fais preuve d’humilité, mais aussi d’un dévouement, d’une discrétion et d’une disponibilité sans faille ;
  4. je m’entraîne chaque jour avec rigueur pour acquérir et conserver une efficacité optimale ;
  5. j’agis avec célérité, courtoisie et impartialité quel que soit le type d’intervention pour laquelle j’ai été appelé ;
  6. je respecte toutes les victimes et je prends en compte toute détresse ;
  7. toujours solidaire, je ne connais ni violence, ni indifférence, ni lassitude ;
  8. je m’ engage à faire preuve en toute circonstance de discipline et d’une rigueur morale exemplaire
  9. Je suis fier du savoir et des traditions que m’ont légués mes anciens ;
  10. j’accepte les devoirs et les exigences du métier de sapeur-pompier militaire.”

Voilà, si tu t’engages à respecter ce petit code, tu ne peux qu'être un excellent sapeur-pompier !

Et j’oubliais, il faut que tu sois à l’aise avec les chiens. Non, ce n’est pas une blague, tu pourras travailler de concert avec des chiens lors de missions cynotechniques par exemple, alors que tu seras à la recherche de personnes ensevelies sous des décombres suite à l’effondrement d’un bâtiment. 




Quel parcours pour le devenir ?


Il te faudra réussir un ensemble d’épreuves. En commençant par celles de sélection qui se décomposent en plusieurs étapes : une séance d’information sur le métier de pompier de Paris, une visite médicale complète, des épreuves sportives, des tests psychotechniques et un entretien individuel de motivation et d’évaluation.

Il s’agira de contrôler, de valider ou d’infirmer ton aptitude médicale, physique et psychologique ainsi que ta capacité à t’adapter à la vie militaire, c’est la première grande partie de l’ensemble de tests d’évaluations. Elle se déroule sur deux jours (dans l’un des 5 départements d’évaluations et d’informations, dits DEI, à Lyon, Nancy, Rennes, Bordeaux ou Vincennes) et permet d’ores et déjà de dresser ton profil ainsi que ton potentiel. 

Comme tu le sais, les pompiers de Paris sont des militaires, il faudra donc que tu sois prêt à passer les tests sportifs de l’Armée de terre. Voici les plus emblématiques : le Luc Léger et les tractions ou tirage poulie.  


Le premier consiste à exécuter une série d’allers-retours entre des plots  avant la fin du temps imparti. 

Les seconds tests sont genrés, les hommes doivent :  « bras tendus, mains en pronation, amener le menton au-dessus de la barre, le candidat effectue ses tractions. ». 

Les femmes quant à elles doivent effectuer des tirages à la poulie haute : « Au départ, la position est assise, bras tendus, pieds à plat au sol, genoux maintenus.

  • La répétition est comptabilisée lorsque la barre rentre en contact avec la poitrine, puis retour bras tendus.
  • L’épreuve est arrêtée, dès que le temps de repos en position haute dépasse 1 seconde.
  • Les fesses de la candidate doivent toujours rester au contact de l’assise.
  • Il faut conserver une bonne posture et éviter les mouvements parasites ou compensatoires.
  • Essayer de placer correctement la respiration lors de l’effort. »


Il a des épreuves complémentaires de la BSPP qui comprennent des épreuves de natation, de tractions, le parcours du sapeur-pompier, un questionnaire reprenant le code de la route et un entretien, avec l’évaluateur BSPP. Ce dernier permet de revenir sur tes motivations, de connaître ton projet de carrière et de savoir si tu connais bien l’institution. Ces épreuves sont propres aux sapeurs-pompiers de Paris, ils effectuent les mêmes épreuves que les pompiers de Paris avec ces spécificités complémentaires.


Après cela, il te restera encore les étapes du recrutement : la première chose à faire, c’est de se rendre dans un CIRFA (centre d’information et de recrutement des forces armées), en tant que futur membre de l’armée de Terre, c’est un passage obligatoire. C’est à ce moment-là que le conseiller ouvrira ton dossier de candidature pour devenir pompier de Paris.


Mais avant cela, il faut que tu t’assures de réunir les critères pour être enrôlé :


  • Il faut que tu sois de nationalité française,
  • que tu aies entre 18 et 25 ans,
  • que ton casier judiciaire soit vierge,
  • une très bonne condition physique,
  • que tu détiennes le permis B,
  • et que tu aies au moins le brevet des collèges.


Les sapeurs pompiers de 2è classe (diplôme du brevet des collèges et CAP). Si tu possèdes le niveau BAC +3, tu pourras prétendre au poste de lieutenant. Sache aussi que les épreuves sont compliquées et sélectives, surtout en ce qui concerne tes capacités sportives. 


Evolution et rémunération 


Perspectives d'évolution

Tu seras d’abord un militaire du rang, c’est-à-dire un sapeur-pompier de 1re classe, au bout de 6 mois, puis grâce aux possibilités d'évolution régulière avec montée en grade via les formations certificatives, tu pourras accéder au corps des sous-officiers et officiers.

 

Aussi, après avoir exercé pendant plus de deux ans, tu pourras effectuer des formations afin de te spécialiser dans des domaines d’intervention comme par exemple, en recherches sous-marines, en spéléologie, en déblaiement de catastrophes naturelles ou en alpinisme.


Les contrats à durée déterminée s’échelonnent de 1 an à 10 ans et sont renouvelables. 

Salaire 


1750 euros net par mois après 6 mois de formation, tout en étant logé et nourri lors des jours de gardes. Le salaire évolue également en fonction de ton grade.

Tu bénéficieras d’une retraite proportionnelle après 19 ans de service ce qui équivaut à 820 € net/mois à vie pour un caporal célibataire et sans enfant.


Alors, prêt à t’enrôler à la BSPP ?  





Notre chaîne Youtube,
pour t'aider à t'orienter en vidéo

Auteur :

Kheza Kayembe

Présentation : Etudiante en Master 2 d'histoire, et dealeuse d'informations aux lycéens à ses heures perdues !

Bilan d'orientation gratuit

Discute avec notre équipe de jeunes diplômés !
Ils viennent de toutes les filières imaginables.
Ils étaient dans ton cas il y a quelques années.
Le + ? Ca se passe directement en DM via Instagram 🙂
Échanger avec notre équipe