#étudiantssansmaster : que deviennent-ils ?

Ils ont tous validé leur licence à la fin de l’année scolaire 2020 – 2021. Pourtant, aucun d’entre eux n’a pour l’instant été accepté en master. Les #étudiantssansmaster sont de plus en plus à témoigner : un manque de places ouvertes dans les formations et une sélection accrue ont mis sur la touche plusieurs centaines d’étudiants, qui se retrouvent sans formation pour l’année à venir.

« Pour la nouvelle génération. Par la nouvelle génération ! »

 


Un problème : des formations saturées et des étudiants abandonnés

 

Depuis 2016, les universités ont pris la main sur leurs processus de sélection, selon des critères et des capacités d’accueil unilatéralement définis. Surtout, depuis l’année dernière, la sélection des candidats ne se fait plus entre la première et la deuxième année de master, mais entre la troisième année de licence et la première année de master.

Mais ces universités se retrouvent très vite débordées : les étudiants multipliant les demandes de formation dites « de second choix » un peu partout en France, certains directeurs de masters se retrouvent à devoir étudier des milliers de dossiers pour finalement ne retenir qu’une vingtaine d’élèves. Un travail colossal, à la limite de l’impossible, qui impose souvent l’usage d’algorithmes ne retenant que les dossiers aux moyennes les plus élevées, et ne laissant aucune chance aux dossiers aux notes plus faibles, mais, parfois, avec des expériences plus solides.

 

Si l’on ajoute à cela le baby-boom de l’année 2000, au cours de laquelle 30 000 bébés de plus qu’en 1999 sont nés, cela crée un cocktail explosif pour les universités.

Peu de places, une sélectivité accrue et des élèves toujours plus nombreux : cela ne peut pas fonctionner, et cela se fait au détriment de centaines de candidats. En 2020, entre 2000 et 3000 recours d’étudiants sans solution avaient été enregistrés dans les différents rectorats pour réclamer leur droit à la poursuite d’études. Nul ne doute qu’ils seront encore plus nombreux cette année. 

 

Résultat, cette année, des centaines de diplômés de licence se retrouvent sans master pour la rentrée prochaine, faute de place. Et dès le mois de juillet, leur colère s’est faite entendre sur les réseaux sociaux autour du hashtag #étudiantssansmaster, qui regroupe les témoignages des étudiants diplômés d’une licence sans master 1 pour la rentrée. 

 

 

Des solutions en demi-teinte …

 

En réponse à ces contestations, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, a annoncé au mois de juillet la création de 3 000 places supplémentaires, dont au moins 1 000 en droit, la filière la plus sous tension.  Le 25 août dernier, ce sont 1 400 places supplémentaires qui ont été annoncées. "Pour la moitié, ce sera en droit, et pour l'autre, en économie-gestion" a précisé la ministre. 

 

Malgré tout, les diplômés de licence restés sur le banc de touche des masters demeurent nombreux. Alors, que faire si, toi aussi, tu es dans cette situation ?

 

  • Tout d’abord, n’oublie pas que les listes complémentaires sont encore susceptibles d’avancer de quelques places. Tant que les cours n’ont pas repris (ce qui est le cas dans de nombreuses universités à l’heure où l’on parle), et même encore au cours des premiers jours, des étudiants peuvent renoncer à leurs formations et, ainsi, céder leur place et faire avancer la liste complémentaire.

  • Tu peux également te renseigner sur les recours possibles contre les décisions de refus que tu as reçues car une loi de 2016 garantit un "droit à la poursuite d'études". Attention cependant aux critères de recevabilité de tes recours, qui ont été durcis en mai dernier. Désormais, il faut avoir fait non plus trois mais cinq demandes et dans au moins deux spécialités différentes. 

 

  • Enfin, tu peux envisager une piste alternative avant de retenter ta chance l’année prochaine. Service civique, stage, voyage à l’étranger, etc… : le champ des possibles est infini, et les refus de tes dossiers ne définissent pas toute ton orientation future !

 


Notre chaîne Youtube,
pour t'aider à t'orienter en vidéo

Auteur :

Morgane Jean

Présentation : Etudiante en double licence droit-économie à Paris II et passionnée de journalisme !

Bilan d'orientation gratuit

Discute avec notre équipe de jeunes diplômés !
Ils viennent de toutes les filières imaginables.
Ils étaient dans ton cas il y a quelques années.
Le + ? Ca se passe directement en DM via Instagram 🙂
Échanger avec notre équipe